Tout doux

Avec sérénité.

Les socio, psycho, neuro, géronto, les logues du savoir, n’arrêtent pas de nous le seriner, si nous voulons voyager loin, ménageons notre monture. Donc tout doux la bête, pas de précipitation. Pourquoi vouloir courir après deux lièvres en même temps quand en soulever un pose déjà problème ? Pourquoi réfléchir à deux fois au risque de se creuser sérieusement les méninges ? Agaçante cette manie de vouloir nous faire doubler la mise alors qu’un tien, on le sait, vaut mieux que deux tu l’auras, pas. Si encore on s’en arrêtait là, mais non et que je te pousse et que je te pousse, jamais deux sans trois et même jusqu’à quatre à quatre les escaliers. Ho mollo le toujours plus. Qui va piano va sano, en bon français le riant lent, fringant longtemps. Et youpi.

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.