Surveillance, au jeu des mots et des sons.

Quand on y pense !

Vous le surveillez comme le lait sur le feu, toujours sur ses talons, à veiller sur, à veiller à. Il va finir par croire que vous l’avez dans le collimateur. Oui d’accord c’est pour son bien que vous veillez au grain. N’empêche, c’est sûr, il en ressent un profond goût d’amertume. Depuis la veille, si ce n’est pas l’avant-veille, il est sur ses défenses et vous de vous interrogez « qu’est-ce qu’il manigance ? ». Encore une bêtise comme à son habitude, on ne peut pas lui faire confiance. En toute conscience, vous ne la ramenez pas un peu trop votre science ? Vous connaissez Rabelais « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ? Je m’en balance, sans âme, ni conscience je suis un robot mais j’ai à cœur de le surveiller mon humain. Jojo, aux pieds.

 

 

 

 

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.