On a soupçonné l’éléphant

A tort.

En France, sont passibles de sanctions pour mise en danger de la vie d’autrui, les conducteurs de véhicules à moteur sous emprise de l’alcool. Pas de quiproquo, ce n’est pas le véhicule en état d’ivresse qui est visé mais le conducteur. En Inde la verbalisation a été entendue aux non motorisés. Là bas le cornac de l’éléphant qui a bu un coup de trop encourt jusqu’à trois ans de prison. Mais non, encore une fois, ce n’est pas l’éléphant qui a siroté, c’est le cornac. A qui la faute ? A la bouteille de ce cornac qui se laisse boire. Mais non, le cornac ne se laisse pas boire. Alors c’est le vin de la bouteille qui se boit bien. Mais non la bouteille ne se boit pas bien, son vin oui. C’est le vin qui devrait être verbalisé ? Peut-être bien.

 

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.