La rentrée en couleurs 6/8

Le rose bonbon.

Jacques Brel chantait « Rosa, rosa, rosarum, rosae, rosa, rosarum, rosis, rosis » et c’est là que l’on s’aperçoit qu’il y a des épines aux Rosa. Eh oui, tout déconfit lorsqu’on s’est fait bouler, envoyer sur les roses. Consolation avec Ronsard, il  l’affirme les roses ne durent que l’espace d’un matin. Dès l’après midi on peut frétiller comme un gardon, frais comme une rose. On ne se laissera plus piquer au cœur. Cochon qui s’en dédit. Finies, terminées toutes ces histoires à l’eau de rose. A arroser sans excès, on n’offre pas cirrhose à la nouvelle, déjà avec l’arthrose il va falloir s’accrocher sec…Ah cette jeunesse toujours à vouloir coûte que coûte franchir la ligne jaune,… au prochain article.

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.