La botte du poireau

brocoli_man

Nos enfants sont incapables d’identifier un poireau encore moins une betterave parmi les cageots de fruits et légumes du marchand.

Telle est la conclusion d’une étude menée auprès de 910 écoliers par la société Environnement France. Pointé du doigt le recours abusif des mères au surgelé direct micro-ondes dans l’assiette.

Incroyable. Les noms et prix ne doivent-ils pas être affichés par les commerçants ? Ils ne seraient donc que 910 sur 7 millions d’élèves du primaire à ne pas savoir lire. Ces statistiques finiraient par nous faire croire au père Noël. En fait les cobayes étaient circonscrits Provence-Côte d’azur.

Scoop, les gosses du midi méconnaissent les produits traditionnellement issus du Nord. Re scoop, et inversement. Re re scoop, du premier coup d’œil ils savent repérer le légume pâtes, pareil à l’Est et à l’Ouest.

Beaucoup plus tard, les yeux humides, ils évoqueront la table familiale d’antan, la soupe minestrone venue d’Italie (haricots blancs, oignons, carottes, tomates, céleri et macaronis), la flamiche picarde (minimum 500 gr de poireaux), la betterave pas vraiment.

Reprenons sous la dictée de l’institutrice, un poiro, non poireau, des poireaus, non x, une grosse bete rave, non betterave…ils pèchent aussi en ortographe, pardon orthographe.

Privés de dessert.

 

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.