Bonus, malus, un cas d’école

Les moines de Thaïlande grossissent. En cause une situation assise sur des intérêts privés.

D’un côté le moine professant détachement et vigilance, la ligne pas au programme. De l’autre le fidèle lui présentant un bol de riz en vue d’alléger son lourd passif de malus. Mauvais calcul, on n’achète pas un moine pour si peu. Les mêmes, cette fois le fidèle offre des gâteaux. Beaucoup mieux, un point de bonus. Combien de points encore à regagner ? Oh la la, problème, les capacités stomacales du moine ne sont pas illimitées. Seule issue la respiration, à fond. Les noirceurs remontent à la surface, un coup d’éponge, tout est propre, compteurs remis à zéro. Le moine revoit ses tarifs à la baisse, un bon point pour une petite cuillerée de sucre, plafond 6 par jour, et le fidèle prend rendez-vous pour une prochaine vidange.

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.