Barre, au jeu des mots

La répétition.

Pauvre barjo, toi-même vieille barrique. Que de barouf à cause d’un quiproquo. Le premier voulait casser la baraque. Le second l’a pris au pied de la lettre et en agrippant son débardeur lui a dit qu’il voudrait bien voir ça. Ni une ni deux l’agrippé s’est mis à chanter, enfin à barrir d’après l’autre. Le baryton a essayé de calmer le jeu mais son baratin n’a fait qu’aggraver les choses. Le bouquet quand son clébard s’est mis à aboyer. La représentation du Barbier de Séville était mal barrée. Tout est rentré dans l’ordre à l’apparition du malabar de service. Le soir Barjo dans le rôle de Figaro et Barrique dans celui du vieux tuteur Bartholo ont été excellents. Comme quoi il faut toujours s’échauffer avant.

spacer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.